Tag Archives: philosophie

by

Séraphîta – Honoré de Balzac

No comments yet

Categories: Chroniques littéraires, Tags: , , ,

seraphita-honore-de-balzac-precedee-de-la-philosophie-de-balzacPour certains, le souvenir de la découverte de Balzac évoque un traumatisme littéraire, une lecture forcée du lycée. Mon premier contact avec l’auteur a été légèrement plus tardif. Pendant ma première année universitaire, j’ai dû lire Le Médecin de campagne. Le titre ne me disait trop rien, et ce fut une petite claque. Je me souviens encore du nombre de passages notés à la hâte dans les transports, ou des pages que je cornais pour y revenir plus tard. Balzac a souvent des mots justes pour parler des gens, des formules brillantes qui, d’un coup, éclairent toute une réalité. J’y suis retournée quelques années plus tard, toujours pour les études, avec Le Cousin Pons, puis je me suis attaquée au monument que sont Les Illusions perdues et là, on peut dire que j’ai tenu entre les mains le roman qui restera à vie l’un de mes préférés. D’autres œuvres de Balzac patientent tristement dans ma bibliothèque mais voilà des années que je ne trouve pas l’élan ou le temps pour m’y mettre. Alors, quand on partenariat pour un texte peu connu de l’auteur a été proposé sur Livraddict, je me suis dit que ce serait l’occasion de m’y remettre, avec l’espoir d’avoir une nouvelle bonne surprise. Malheureusement, je crains que la lecture de Séraphîta n’ait cet arrière-goût désagréable que garde Le Père Goriot pour plusieurs personnes.

Résumé : Dans l’histoire de la littérature français, La Comédie humaine est sans doute la démonstration en acte la plus monumentale et la plus aboutie d’un système de pensée. Conçue comme la couronnement des « Études philosophiques », Séraphîta constitue le point culminant de l’œuvre de Balzac. C’est dans ce récit que se dévoile la vision balzacienne de l’homme et du monde, et que se trouve assurée la cohérence (quasi parfaite) de La Comédie humaine tout entière. Symbole mythique de l’androgyne, le personnage de Séraphîta représenta le diversité dans l’Unité, incarne l’idée de l’Absolu et du rappor entre le corps et l’esprit, le matériel et le spirituel, le fini et l’infini, l’homme et Dieu. D’inspiration mystique, s’appuyant sur les travaux et la pensée de Swedenborg, Séraphîta vise une explication totale du monde et de l’homme, où l’Amour constitue le point central.

Sans être une grande lectrice de philosophie, j’y ai fait d’assez nombreuses incursions. Mais il faut dire qu’à part Nietzsche, Bataille et, dans une moindre mesure, Sade, peu d’auteurs m’ont réellement passionnée. J’ai sans doute pour cette matière un point de vue trop rationnel et scientifique. Peu de choses me semble du coup plus inutile qu’une vision purement mystique du monde, ou ayant en tout cas la volonté de rester sur des idées abstraites.

Je pensais avoir de l’intérêt pour Séraphîta étant justement fascinée par l’aisance avec laquelle Balzac arrive à se glisser dans l’intérieur de personnages très différents, en sortir toute la complexité, et garder à chaque fois de l’ambivalence pour dépeindre un monde où personne n’est jamais strictement mauvais ou absolument bon. J’ai aimé le fait de travailler sur un personnage androgyne, tour à tour perçu comme un homme et une femme selon les attirances des êtres qui le désirent. C’est un bel exercice de style et, d’ailleurs, les moments de narration purs sont un plaisir pour qui aime la plume de l’auteur. Mais, au-delà de ça, Séraphîta est un texte très rébarbatif. Au final, j’ai eu ce sentiment désagréable et fréquent à ma lecture d’essais philosophiques que, sous le coup d’une révélation, l’auteur développait de long en large un concept évident qui ne me semble pas mériter tant d’explications. Notre perception d’homme est limitée, c’est un fait. Ces 200 pages ne disent pas grand-chose de plus. Je n’ai pas non plus saisi pourquoi l’auteur prenait tant de temps à paraphraser Swedenborg. Pourquoi ne pas simplement renvoyer les lecteurs à ses textes ? Ça m’a laissée assez perplexe et c’est à ce moment que j’ai vraiment commencé à décrocher. L’une des grandes raisons aussi est que je n’ai pas été convaincue du tout par la dimension du propos. Les envolées Romantiques ne sont pas du tout une chose à laquelle je suis sensible, surtout quand elles s’enfoncent de plus en plus lourdement dans une dimension religieuse. L’avant-propos a beau proposer aux lecteurs modernes de voir cela comme une métaphore, je ne suis pas persuadée que toutes ces histoires de cieux, anges et visions christiques puissent nous éloigner d’un point de vue profondément chrétien.

Au final, j’ai trouvé le texte d’introduction plus intéressant et instructif. Il résume assez bien le contenu de l’œuvre à suivre. Je n’en ai pas découvert davantage ensuite. Ça ne me fera pas aimer moins Balzac, mais je sais en tout cas désormais que tout n’est pas destiné à trouver une grande admiratrice en moi dans sa vaste bibliographie. Je dirais que c’est un bon complément pour les personnes qui souhaitent tout connaître de l’auteur, et certainement une lecture pleine d’une belle sagesse que pourront apprécier des férus de philosophie héritière de Platon, ou des personnes touchée par une pensée religieuse. L’esprit cynique en moi n’aura fait qu’hausser les sourcils sans tirer beaucoup de plaisir du voyage.

C’est un beau projet d’édition, avec un accompagnement critique solide. Merci aux éditions Sur le fil pour le partage. Je regrette d’être passée à côté et de ne pas pouvoir faire une critique qui rendra hommage à ce travail éditorial qui trouvera certainement un public plus réceptif que moi.

by

Les théories sauvages – Pola Oloixarac

No comments yet

Categories: Chroniques littéraires, Tags: , , ,

couv24973183Le hasard des lectures crée parfois d’agréables coïncidences. En cherchant quelques informations sur Pola Oloixarac, auteur argentin dont Les théories sauvage est le premier roman, j’ai découvert qu’elle était souvent comparée à Houellebecq. Je venais justement de lire un livre de ce dernier, Extension du domaine de la lutte. Alors ? Qu’en est-il vraiment ?

Les théories sauvages est un livre compliqué, difficile d’approche. Universitaire avant d’être écrivain, Pola Oloixarac hésite sans cesse entre le roman et l’essai philosophique. D’un côté, un couple de nerds très intelligents et très laids, une jeune fille (K.) qui se laisse emporter dans une perversion sexuelle de plus en plus glauque, un jeune homme frustré (Pabst) que la société blase terriblement, de l’autre, l’étudiante en philosophie alter-ego de l’auteur qui essaye de développer les recherches de l’un de ses enseignants sur un penseur oublié – et inventé.
Les références pleuvent à toutes les pages. Une personne qui n’a aucune base en philosophie peut d’ores et déjà passer son chemin, le titre ne s’adresse pas à elle… Avant d’entrer plus en détail dans l’œuvre, il convient d’en souligner le défaut majeur : Les théories sauvages est l’histoire d’une élite intellectuelle, écrite par une diplômée pour les esprits les plus affutés. Au moins, les choses sont claires. Oloixarac jette un véritable pavé et les neurones ont intérêt à rester bien éveillées pour le soulever.
La complexité volontaire de l’écriture est dommageable, car les idées sont intéressantes. J’ai tendance à penser qu’un roman est, justement, un lieu parfait pour offrir la réflexion au plus grand nombre. Ici, les personnages s’animent péniblement, étouffés par un assemblage de discours qu’ils tentent d’illustrer au lieu de « vivre ». Ajoutez à cela des réflexions peu attendues – on frappe tout de même la sacro-sainte démocratie ! – et vous obtenez un contenu vide de sens pour le lecteur moyen.
Une difficulté de plus s’ajoute à la compréhension d’un français : les mentions à l’Histoire argentine sont nombreuses, le roman se pose dans un contexte post-dictatorial du début des années 2000. Je ne peux que conseiller quelques séances de rattrapages pour ceux qui – comme moi – ont une connaissance assez floue des guerres politiques de l’Amérique latine du XXe siècle.

Dans une Argentine où la démocratie triomphe, où les idées libérales sont chantées, Pola Oloixarac et ses trois personnages refusent la naïveté. Derrière un style complexe, quelques mots crus, des scènes de sexe presque cliniques, l’auteur braque une arme sur les « intellectuels de gauche », qu’elle n’hésite d’ailleurs pas à passer à tabac par des laissés-pour-compte. Le passé est devenu tabou, arrêté sur une vérité absolue : les rouges sont les sauveurs du pays. C’est un Buenos Ares désorienté qui s’ouvre devant nous, composé d’imbéciles, d’aveugles utopistes et des grands perdants, les plus brillants semble-t-elle nous dire. En effet, le couple K. et Pabst font l’effet d’inadaptés. Si la fille essaye de s’intégrer, le garçon s’enferme dans le mépris.
Son exutoire ? Internet bien sûr. Là, le troll érudit est roi. Sa mise à l’écart forcée, puis volontaire, met en lumière les côtés les plus pernicieux d’une politique qui se voudrait égalitaire au point d’essayer d’effacer les différences. Les deux nerds résistent à leur façon, trop lucides sans doute pour accepter cette situation et, aussi, trop pathétiques pour inspirer la sympathie. Leur laideur physique est sans cesse rappelée pour accentuer leur frustration, pour qu’ils ne soient jamais tentés de jouer le jeu du paraître. Croyances modernes, art contemporain, idées politiques, rien n’est épargné. L’étudiante en philosophie analyse quant à elle ces comportements d’un point de vue plus ethnologique, en contredisant une tentative à la culpabilisation très en vogue. Et si, finalement, loin d’être un prédateur, l’Homme n’avait jamais été qu’une victime obligée de lutter pour survivre ?
La tentation du livre vers une sexualité malsaine entache malheureusement ces raisonnements plutôt pertinents, comme si l’auteur peinait encore à se détacher de certaines blessures personnelles. La petite Katchowski se fait passer dessus dans tous les sens, le corps de la femme devenant, peut-être, un produit de consommation comme un autre. Le totalitarisme est fini, mais la violence demeure. Dans un monde qui court vers l’abrutissement des masses, la célébration des plaisirs immédiats et la perte d’identité, les plus lucides auraient, souvent, une certaine attirance pour l’auto-destruction.

Les théories sauvages tient un discours dur, peu conventionnel, mais passé derrière le prisme d’un style très hermétique qui le rend difficile à partager. On ne peut que regretter la fermeture de l’auteur.
Si ses idées s’éclairent au fil de la lecture, un doute persiste. Le roman permet de se dissimuler derrière un personnage, de laisser une certaine liberté d’interprétation, de jouer avec le lecteur. Mal comprise – ou en tout cas peu appréciée -Pola Oloixarac a dû répondre à quelques accusations dans son pays. Sa critique va au néo-libéralisme, il n’est pourtant pas nécessaire de chercher plus loin.
Malheureusement, le public visé est trop limité pour donner un véritable impact à ce texte. La faute au « premier roman » peut-être. Même si le chaos était recherché pour ce titre, j’espère que l’auteur saura produire quelque chose de plus percutant la prochaine fois.

Philosophes, amateurs de débats politiques, sociologues, adeptes du trolling pourront en tout cas se laisser tenter. Ce fut une très bonne découverte, une lecture éprouvante mais enrichissante et plutôt encourageante (surtout après Houellebecq). Merci à Babelio pour ce partenariat, et je salue l’initiative des éditions du Seuil. Je connais encore assez peu la littérature d’Amérique latine mais il me semble de plus en plus que de très bonnes choses se passent là-bas.

Pour ceux qui hésiteraient encore, un extrait tiré des paroles de Pabst  :
« Rien n’est plus répugnant que le capitalisme scénique conçu par les forces de gauche pour commercialiser leurs produits. C’est une forme de banalité commune aux sociologies triomphantes : le syllogisme pratique selon lequel la vérité est du côté des opprimés et des pauvres, uniquement parce qu’elle flatte l’idéal démocratique en vigueur et un chapelet d’euphémismes qui ne sauraient être mis en doute. Avoir une gauche victorieuse dans le domaine de la culture entraîne non seulement la production de mauvais films, mais nous condamne, en tant que spectateurs, à n’occuper qu’un rôle d’ethnologues bourgeois ne s’intéressant qu’à notre petite personne, ce qui nous tire vers le bas. Le récit d’une victime changé en fable, le climat sinistre qui entoure les notions de hiérarchie et d’autorité – auxquelles il me semble évident de ne pas adhérer -, cache un calcul culotté : être victime nous libère de tout jugement moral ou éthique de nos actes. La violence politique vient les gommer, sanctifiant du coup l’inévitable bon, la victime. On perd donc une guerre, mais un décroche une victoire morale sur des bases philosophiques défectueuses. »