February 15, 2015 by

Palissade – Franck Villemaud

2 comments

Categories: Chroniques littéraires, Tags: , , ,

Palissade-franck-villemaudEn parcourant la liste du dernier masse critique Babelio, je me suis laissée tenter par la quatrième de couverture intrigante de Palissade, petit roman publié par les jeunes éditions Taurnada. Comme découvrir un livre, un auteur, et un éditeur est toujours un plaisir, je me suis donc réjouie de pouvoir faire les trois à la fois en recevant le livre dans ma boîte aux lettres. Un « Thriller », comme c’est indiqué sur la couverture, classification devenue un peu fourre-tout mais, si on se passera ici d’une enquête criminelle, ou du profil psychologique finement établi d’un tueur, le noir est bien présent, et s’affirme même de manière étonnante.

Résumé : Remis de sa séparation, Fred quitte l’hôpital psychiatrique et semble décidé à commencer une nouvelle vie dans une petite maison à l’arrière d’un immeuble. Son goût pour le rock, ses qualités de guitariste, lui attirent la sympathie de Roland, son unique voisin, un quinquagénaire alcoolique à la vie dissolue. Une amitié faite de musique, nuits blanches et sévères gueules de bois va se créer entre eux le temps d’un été, avant que tout ne finisse par dégénérer…

Critique : Palissade est le genre de lecture qui fait du bien de temps en temps, rapide, franche, pleine de sensibilité. L’écriture m’a semblé patiner un peu au début, notamment à cause d’une ponctuation hésitante, mais le ton tranché du narrateur s’affirme très vite. On entre très facilement dans sa vie, les ambiances décrites, ses sentiments et impression. Palissade est un texte qui respire l’expérience par tous les mots. Nous ne sommes pas dans le fantasme d’un auteur, on devine qu’une très large partie de ce qui nous est raconté appartient au réel, tant au niveau de la rupture amoureuse au début, que dans les soirées bien arrosées ou le personnage de Rolland. Qui n’a croisé aucun Rolland au détour d’un chemin ou même, comme Fred, à une période un peu trouble de son existence ? C’est tout à fait le type de personnage qui m’inspire autant de sympathie que de rejet. J’aime y voir l’ombre de certaines connaissances, je déteste pourtant qu’on les rappelle à ma mémoire. Pendant une partie de ma lecture, j’avais aussi dans la gorge l’âpre goût des lendemains de soirées qui s’achèvent en blackout.

L’amitié qui se lie entre Fred et Rolland est terriblement crédible, je me suis aisément laissée prendre au piège des apparences, celle de l’éternel « bon ami de bibine » qui s’invite un jour, devient d’un coup meilleur ami, ne part plus, a tous les soirs une nouvelle aventure éthylique à commencer. Et les jours défilent sans qu’on les voit, jusqu’à ce qu’on réalise qu’on y laisse peut-être un peu trop sa tête. Rolland est ce genre de personne, le soutien moral qui a trop besoin de se sentir approuvé dans sa vie débauchée pour te vouloir du bien. Et là, évidemment, les choses commencent à dégénérer. La thématique de l’ami oppressant m’inspire toujours, puisqu’elle est prétexte à créer un huis-clos psychologique vraiment angoissant, rend personnages comme lecteurs paranoïaques, et promet en général une chute inattendue.

S’il serait impossible d’en dire plus au risque de gâcher toute la surprise, je peux dire que le renversement de situation est surprenant. L’auteur nous donne quelques pistes, mais rien qui permette de deviner où il va nous mener. Quand un roman donne des soupçons, nous prépare à être surpris et réussi à le faire, c’est toujours une belle prouesse. Par contre, et là je vais souligner un bémol qui fait que Palissade ne sera pas le coup de cœur qu’il aurait pu devenir. Si le coup de théâtre est beau, je n’ai pas cru un seul instant à la fin. Les personnages sont bien cernés, tout le côté judiciaire laisse cruellement à désirer. Je regrette que l’auteur n’ait pas apporté plus de soin à cet aspect. On peut évidemment excuses les non-dits, le fait de ne pas vouloir s’embêter de descriptions trop administratives, mais les zones d’ombres ne doivent pas céder à la facilité, même si le roman est à l’origine l’adaptation d’une pièce de théâtre (format qui se permet plus facilement les invraisemblances). Parfois, des fins sont très tentantes, on aimerait les écrire, mais confronté à la complexité du réel, on se rend compte qu’il faudrait faire de sacrées acrobaties scénaristiques pour les faire entrer dans le domaine du possible. Alors, peut-être qu’en y travaillant plus, Franck Villemaud y serait arrivé, mais dans l’état, c’est trop surréaliste pour ne pas faire hausser un sourcil. Un peu déçue donc, cependant, Palissade reste une bonne lecture qui trouvera un véritable écho aux abonnés des amitiés à problèmes, fêtes chaotiques et séduira avec son basculement plutôt osé.

2 Responses to Palissade – Franck Villemaud

    • UnityEiden Post author

      Oui, merci ! Je serais aussi très curieuse de voir ce que pourrait donner la pièce, ça doit être assez étonnant comme thème sur une scène de théâtre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *