Pour valider mon Master, je devais réaliser un livre, c’est-à-dire, trouver auteur, illustrateur, graphiste, imprimeur, suivre un ouvrage étapes par étapes. Le sujet était libre, j’ai fait le choix d’une publication sur la culture gothique et, bonne nouvelle, vous pourrez vous la procurer très prochainement [edit juin : il est désormais disponible ici]. Je profite de ce billet pour vous donner un aperçu plus précis de son contenu et présenter chaque intervenant.

Le projet : Une culture de l’ombre, à la rencontre des gothiques

Goth batcave par Tim.

Goth batcave par Tim.

Il n’est jamais simple de parler de la culture gothique, plus nébuleuse et nuancée que le mouvement punk, toujours à la croisée des chemins, à la fois proche et éloignée des autres clans de l’underground. C’est une toile dans laquelle on se perd très vite et, comme c’est une partie de mon univers, j’ai toujours bien du mal à l’expliquer aux gens qui s’interrogent sur mes goûts. Les clichés ont la vie très dure, les reportages des médias les entretiennent régulièrement, et les ouvrages spécialisés ont le défaut de s’adresser avant tout aux initiés, à commencer par leur prix qui découragera vite les simples curieux.
Une culture de l’ombre : A la rencontre des gothiques est donc né de la volonté de publier un livre tout public sur les gothiques, écrit par des gothiques. Nous voulons répondre à tous les curieux, donner quelques clés aux petits nouveaux et satisfaire un public qui pourra retrouver son univers familier. En une centaine de pages, l’ouvrage se propose de faire le tour de la question : différents genres musicaux, évolution de la scène, amitiés partagées avec punks et métaleux, thèmes de prédilection, littérature et arts, … Les auteurs s’appliquent à contredire chaque idée préconçue, à valoriser un mouvement qui privilégie avant toute chose la musique et la culture.
Pourquoi cet intérêt pour la mort ? Que dire des groupes qui revendiquent un style nazi chic ? A partir de quel moment artistes et auteurs intéressent-ils les gothiques ? En mettant toutes ces questions en lumière, le livre montre comment, au lieu d’imposer un style uniforme au mouvement – ceci n’est qu’un mythe – ce milieu se nourrit de toutes sortes d’influences.

Les auteurs

Pas facile de trouver des personnes motivées par l’écriture bénévole d’une œuvre de commande. Il fallait des gens assez passionnés pour donner de leur temps et s’approprier une partie du projet. Je leur ai laissé la parole avec un grand plaisir, en y mettant ma main de temps en temps, pour que se confondent dans ce livre les sensibilités de trois personnes différentes, toutes proches à leur façon des scènes ténébreuses.

Guillaume Hantz
Ma rencontre avec Guillaume s’est faite un an plus tôt, pendant la Metal Ride de Nancy (un petit festival consacré au Métal). A ce moment, il venait de créer une association gothique pour organiser des soirées dans les Vosges et soutenir de jeunes artistes : Luna prod. Nous avons gardé contact, et il m’était tout naturel de lui proposer cette aventure. Je ne sais si l’idée du petit livre gothique aurait pu voir le jour sans lui, tant il est rare de trouver des personnes prêtes à s’investir jusqu’au bout malgré la charge du travail et le stress des délais à tenir (et autant dire que nous sommes en plein dedans). Guillaume est aussi l’auteur d’un recueil de poèmes, le chanteur du groupe de métal Deadly Sins, et animateur de L’antre goth art, une émission radio dédiée à la culture gothique et métal sur RCN Nancy tous les mercredis à 22h. Si vous souhaitez y prêter une oreille, certaines émissions sont disponibles en podcast.

Chris Vilhelm
Créatrice de L’Antre goth art, Chris nous a rejoints rapidement pour un livre écrit à quatre mains. Auteur amateur, elle est aussi artiste peintre. Gothique de la première heure, elle nous a principalement fait profiter de ses connaissances dans les arts, la mode, les domaines fantastiques et ésotériques.

 L’Illustrateur

Par Tim.

Par Tim.

Le choix graphique était d’importance. Entre la photographie ou le dessin, le dessin l’a finalement emporté. Je voulais éviter la froideur de clichés en noir et blanc trop estampillés « goths » ou « sérieux ». Suivre la mode des portraits de rue était une possibilité, mais c’était prendre le risque d’un livre que l’on feuillette surtout pour s’amuser du style vestimentaire des gens… De toute façon, le livre n’est pas là pour montrer du goth à la M6, avec tout dans le paraître et rien dans la tête. Le dessin a un côté plus chaleureux, plus communicatif. Il permet de donner au livre de la personnalité et de continuer à défendre une image différente. Pas de ‘corbeaux’ exubérants ni de sépultures, mais des dessins pour faire entrer le lecteur dans un autre univers, celui d’un artiste pas franchement goth (eh oui !).

 

Tim
Comme je l’avais mentionné lors d’un prédécent article, Tim, auteur du site et de la page facebook jesuisgothique a participé au projet. Même s’il s’est un peu détourné de cet univers pour se lancer dans le blog BD en développant un style poétique et coloré, Tim revient ici aux origines de ses premiers succès internet. L’identité visuelle est une chose importante, je voulais qu’elle soit forte et puisse parler à tout le monde. Faire intervenir un dessinateur à la fois extérieur au monde dark et capable de le comprendre était un bon moyen de surprendre et, je l’espère, d’attirer plus volontiers des personnes qui n’auraient jamais songé lire un ouvrage consacré à la culture gothique. C’est donc tout en finesse et légèreté que Tim tire le portrait des artistes underground à sa façon. Un regard unique sur Robert Smith ou encore Boyd Rice.

Le graphiste

A l’origine, je devais m’occuper de la mise en page toute seule, mais j’ai finalement pu confier le travail à Dallas, étudiant en graphisme à l’ESAD d’Orléans. Vous pouvez retrouver ses travaux sur dallasisnotmyname.